* MON ADO ME DEBOUSSOLE

AU SECOURS, MON ADO ME DEBOUSSOLE !

Sautes d’humeur, bouderies, prises de risques, quête d’un territoire personnel : un âge critique pour les ados, difficile à vivre aussi pour les parents, souvent désemparés.

Pour un ado, s’opposer c’est exister et se situer par rapport à ses parents.

ados2.jpg

Petit à petit, il va se séparer d’eux, découvrir qui il est et quelles sont ses différences en sondant les valeurs et les croyances de ceux qui l’ont mis au monde. Mais il est soumis à un autre besoin, très contradictoire : il est encore affectivement dépendant de ses parents. Du coup, son autonomie est menacée. C’est ce paradoxe qui crée un malaise chez bon nombre d’adolescents. Il génère un stress qui peut entraîner de la colère, de la rage, un sentiment de déprime ou un trop-plein d’impulsivité.

Autant de modifications du comportement qui peuvent être responsables de heurts avec l’entourage ou encore donner naissance à des situations plutôt déconcertantes ; l’adolescent râle si on ne lui demande pas comment sa journée s’est passée, mais il répond à peine si on le lui demande.

ados.png

 

Trouver le juste milieu

Pour vous aider à traverser ces écueils, l’important est de comprendre quels sont les besoins de votre enfant à cet âge délicat de la vie.

Cela se résume à un cocktail fait de souplesse mais aussi de fermeté, d’autonomie mais aussi de limites ou de règles. Un adolescent qui se cherche ne peut se trouver que si cela résiste face à lui, que s’il trouve du répondant. Or, il n’y a plus vraiment de consensus social sur la façon d’éduquer les enfants, la discipline ou les règles de vie. A l’exception des interdits incontournables qui concernent le respect de la santé et de la vie (de soi et d’autrui), nos règles sont devenues moins nombreuses et plus élastiques. Il est donc plus difficile pour les parents d’aujourd’hui d’imposer un cadre fixe : il n’y a plus d’unanimité sur la question et l’autorité est souvent critiquée ou vécue comme un abus de pouvoir.

 

Savoir mettre des limites

Comme un enfant, un adolescent a besoin de bornes et de quelqu’un pour les fixer.

Il veut agir, faire ses preuves, tester ses limites et celles des autres. Il a aussi besoin d’être contenu ; il ne gère pas encore bien ses émotions et son impulsivité. Cela ne signifie pas qu’il faille en revenir à l’autoritarisme ! Contraindre un adolescent à rentrer dans le rang par une attitude trop inflexible n’est pas l’idéal ; il risque d’oublier ses désirs et de refouler ses potentialités. Bref de s’éteindre.

Mais il faut savoir s’opposer et donner son avis quand c’est nécessaire. Car vouloir à tout prix chercher le consensus et éviter les conflits, ne rien dire quand on n’est pas d’accord, est interprété par l’adolescent comme du désintérêt et de l’abandon. Même si aucun ado ne le dira, il a terriblement besoin de sentir sa valeur reconnue et de se savoir aimé en dépit des bêtises ou des attitudes qui déplaisent à ses parents !

 

ados1.jpg

Écrire un commentaire

Optionnel