* LA CORSE DE TOUTES LES BEAUTES

Continent miniature, la Corse a tout : le soleil, la mer et la montagne.

L’île de Beauté mélange mille et un paysages magnifiques : plages de sable blanc, criques secrètes, maquis embaumant le romarin, sommets enneigés, villages perchés, villes d’art, tours génoises et petits ports où s’amarrent voiliers et barques de pêche.

corse.jpg

A vol d’oiseau, la Corse ne fait que 184 km du nord au sud. Ici, on ne compte pas en kilomètres, mais en temps pour rejoindre deux points car les routes donnent parfois le tournis ou sont très  encombrées en été. Paradis de la marche, l’île est traversée par l’un des plus beaux sentiers de randonnée d’Europe, qui caracole de Conca à Calenzana. C’est le fameux GR20 (200 km) qui se faufile non loin du point culminant de l’île, le Monte Cinto et ses 2.706 mètres. La Corse est également un paradis où la nature s’admire partout. Au cœur de son Parc naturel régional qui recouvre quasi toute l’île, mais également dans ses nombreuses réserves naturelles : Scandola, Finocchiarola, Biguglia, Cerbicale …

 

Reserve-scandola.jpg

Villes d’art et d’histoire

Parsemant l’île du nord au sud, les villes de Bastia, Calvi, Porto, Propriano, Porte-Vecchio, Ajaccio, Corte, Sartène ou Bonifacio racontent sa tumultueuse histoire. Quant à la préhistoire, elle dresse encore ses menhirs et dolmens au cœur des campagnes, dont le superbe site archéologique de Filitosa, vieux de huit mille ans. L’endroit arbore d’impressionnantes pierres taillées au regard énigmatique. Ensuite, moult civilisations méditerranéennes sont passées sur l’île : Ibères, Ligures, Phéniciens, Phocéens, Etrusques, Syracusains, Romains, Vandales, Pisans et Génois … Une île souvent conquise, jamais soumise.

porto-corse1.jpg

Au fil des siècles, la Corse fut occupée davantage par les républiques italiennes de Pise ou Gênes que par la France, laquelle a mis fin en 1790 à la brève république d’un certain Pascal Paoli, héros national. Celui-ci la déclara indépendante le 30 janvier 1735. En avance sur son temps, il donna le jour à la première constitution démocratique de l’histoire moderne. Mais l’aventure ne dura que quelques décennies avant que la France n’annexe militairement les lieux lors de la bataille de Ponte Novu, en 1769.

 

calvi.jpg

Sur les traces de Napoléon

Un peu plus tard, une autre célébrité de l’île se hissera au sommet : Napoléon. Les dizaines de tours génoises, qui semblent encore scruter la mer, rappellent les cinq siècles d’occupation génoise. Cette présence a influencé l’île et l’a façonnée aux couleurs italiennes, révélées dans son architecture, ses édifices, ses styles et ses églises, souvent véritables musées d’art et d’histoire aux riches peintures, comme à Bastia.

napoleon.jpg

Avec ses hautes maisons de schiste et d’ardoise, Sartène est le plus corse des villages corses, laissant aux autres villes les influences italiennes. Comme Bastia et Calvi qui dressent leur forteresse au-dessus du port, la bourgade de Corte est dominée par son château qui surplombe les maisons colorées et les gorges du Tabignano. Au sud de l’île, Bonifacio aligne ses maisons sur un incroyable éperon rocheux.

bonifacio.jpg

Les commentaires sont fermés.