• * VIEILLIR

    Vieillir en beauté, c'est vieillir avec son cœur;
    Sans remord, sans regret, sans regarder l'heure;
    Aller de l'avant, arrêter d'avoir peur;
    Car, à chaque âge, se rattache un bonheur.

    Vieillir en beauté, c'est vieillir avec son corps;
    Le garder sain en dedans, beau en dehors.
    Ne jamais abdiquer devant un effort.
    L'âge n'a rien à voir avec la mort.

    Vieillir en beauté, c'est donner un coup de pouce
    À ceux qui se sentent perdus dans la brousse,
    Qui ne croient plus que la vie peut être douce
    Et qu'il y a toujours quelqu'un à la rescousse.

    Vieillir en beauté, c'est vieillir positivement.
    Ne pas pleurer sur ses souvenirs d'antan.
    Être fier d'avoir les cheveux blancs,
    Car, pour être heureux, on a encore le temps.

    Vieillir en beauté, c'est vieillir avec amour,
    Savoir donner sans rien attendre en retour;
    Car, où que l'on soit, à l'aube du jour,
    Il y a quelqu'un à qui dire bonjour.

    Vieillir en beauté, c'est vieillir avec espoir;
    Être content de soi en se couchant le soir.
    Et lorsque viendra le point de non-recevoir,
    Se dire qu'au fond, ce n'est qu'un au revoir.

  • * CHYPRE, OU APHRODITE SORTIT DES EAUX

    chypre

     

    Il fait chaud toute l’année à Chypre : dans la tiédeur turquoise de la mer, les sports nautiques, la baignade et le soleil sont rois. Bronzer, soit, mais pas idiot. Car l’île est riche d’un passé nourri de nombreuses civilisations.

    Le parcours de l’île se révèle un enchantement, 4.000 ans d’histoire vont défiler au rythme de vos pérégrinations. L’île fait 200 km de longueur, il est donc possible de la visiter à partir de Larnaca, Limassol ou Paphos, les trois destinations traditionnelles.

     

    L’île d’Aphrodite

    L’île fut l’enjeu de grandes civilisations : perse, grecque, égyptienne, romaine, byzantine, génoise, vénitienne, ottomane … et en garde de nombreuses traces. Les trésors architecturaux de Paphos, sur la côte ouest, figurent au patrimoine mondial de l’Unesco : nécropoles royales souterraines construites par les Egyptiens, mosaïques des villas romaines représentant des scènes de la mythologie grecque, fort ottoman …

    chypre

    La légende veut qu’Aphrodite, la déesse de l’amour, sortit de l’écume de la mer à Petra tou Romiou (près de Paphos). La plage même, avec ses cœurs formés de galets par les amoureux, les sanctuaires aux alentours et les temples, rappellent les lieux de rendez-vous de la belle déesse et de ses nombreux amants. Romantique !

     

    chypre

    Les églises …

    Chypre fut l’un des premiers lieux de christianisation. Les églises ne manquent pas : les chrétiens orthodoxes sont très pratiquants. L’île a vu passer Paul, Barnabé et même la Vierge Marie qui rendit visite à Lazare. L’ami que Jésus ressuscita des morts fut évêque de Larnaca (anciennement appelée Kition, à l’est de l’île) pendant 17 ans. L’église qui porte son nom a été construite au Ixe siècle à l’endroit de sa sépulture.

    A Paphos (à l’ouest de l’île) s’élève notamment l’église de la Chrysopolitissa (XVIe siècle), en plein milieu d’un champ de fouille. Car elle est entourée des vestiges d’une basilique paléo-chrétienne (IVe siècle), le plus grand édifice chrétien de l’époque trouvé à ce jour. A côté de l’église se dresse le « pilier de saint Paul » où l’apôtre aurait été attaché et flagellé avant la conversion du proconsul romain Sergius Paulus.

    chypre

     

    La cathédrale de Nicosie

    L’ancienne cathédrale de Nicosie est en fait une … mosquée. Depuis le roi franc Guy de Lusignan à qui Richard Cœur de Lion offrit le royaume de Chypre en 1191, elle marque le centre de la cité médiévale. Le seul vestige franc imposant dans la partie indépendante de l’île est le monumental donjon de Kolossi, à quelques km de Limassol.

     

    chypre

    Le monastère de Kykko

    Les montagnes du Troodos forment un écrin pour le magnifique monastère de Kykko. Pendant neuf siècles, il fut comblé de cadeaux par les rois, les princes, les tsars de Russie … et bien qu’il ait été ravagé par quatre incendies et pillé par les Turcs, il reste le plus beau et le plus riche monastère du monde orthodoxe. Dans son église est conservée l’une des trois icônes de la Vierge peintes de la main même de saint Luc, elle est recouverte d’un masque d’argent depuis 1576. C’est aussi au sommet du mont Kykko, par une route qui monte du monastère, que l’on peut admirer la dernière demeure de Mg Makarios III, le premier président de Chypre et ardent artisan de son indépendance.

     

    chypre

  • * LES DEMONS DES GALAPAGOS

    Aux îles Galapagos, seul l’homme est dangereux. Avant sa venue, cet archipel au large des côtes équatoriennes était une sorte d’Eden peuple de créatures uniques au monde. Depuis Darwin, c’est un irremplaçable laboratoire de la nature, hélas très menacé par les activités humaines.

     

    les démons des galapagos

    Les géantes sont en train de perdre la course

    Au flanc du volcan Alcedo, sur Isabela, voici la mare aux tortues. Ces monstres sont appelés « galapagos » en espagnol. En les observant, on a l’intuition de l’Evolution. Incapables de résister aux mammifères importés par l’homme, ces reptiles ont vu leur population réduite de trois millions à quatre milliers.

     

    les démons des galapagos

    Un ballon d’amour dans une nuit de chagrins

    Gonflant d’air le sac rouge de son jabot, un mâle de frégate tente d’aguicher une femelle en vol. Groupés dans les buissons, les soupirants attirent aussi les passantes en agitant les plumes de leur poitrail et en faisant vibrer leurs ailes. Pêcheurs émérites, ces oiseaux ont été décimés par la disette : le courant El Nino a réchauffé les eaux, les rendant très pauvres en poissons.

     

    les démons des galapagos

    La rencontre des dragons et des hommes

    Avant leur découverte, les îles étaient surtout peuplées de reptiles. Les iguanes marins sont morts par milliers en broutant des algues vénéneuses. Occupées en 1832 par l’Equateur, les Galapagos ont aussi accueilli des Indiens.

     

    les démons des galapagos

    Des survivants que leur sang froid a protégés

    On suppose que les Galapagos ont été peuplées par de petits vertébrés qui auraient dérivé sur les radeaux de feuillages charriés au large par les fleuves d’Amérique du Sud. Parmi les mammifères terrestres, seule une espèce de rat (orizomys) était assez légère et peu exigeante de nourriture pour se permettre une telle traversée (1500 km). Plus endurants, les animaux à sang froid ont pu supporter le voyage, puis ont évolué en taille et en mœurs. Les animaux marins sont arrivés par leurs propres moyens.

     

    les démons des galapagos

    Quatre millions d’années pour recréer un monde

    Etendues sur 7812 km carrés en plein Pacifique, les îles Galapagos culminent à 1707 mètres au volcan Wolf et à 1689 m au Cerro Azul. Elles auraient jailli d’une fracture de la plaque océanique, voici 2 à 4 millions d’années. Les plus anciennes îles sont situées à l’est (San Cristobal), les plus récentes à l’ouest (Isabela, Fernandina). Comptant quelque vingt volcans principaux, elles jouissent d’un climat chaud et sec avec, de décembre à juin, une saison chaude et humide et une saison venteuse, sèche et fraîche de juillet à novembre. Sur les pentes sud prospèrent des forêts de scalesia ainsi que de grandes fougères et des lianes. Au bord de la mer poussent quelques mangroves, puis des cactus et de la brousse. Très peu arrosées, les îles basses (Espanola, Genovesa) sont semi-désertiques. Outre l’élevage extensif (vaches, porcs et chèvres), la pêche à la morue est, avec le tourisme, la principale activité économique.

    les démons des galapagos