• * LEONARD DE VINCI

    Près de 500 ans après sa mort, Léonard de Vinci (1452-1519) fascine encore et toujours les historiens et collectionneurs du monde entier.

    A l’heure actuelle, l’image de Léonard de Vinci peintre prédomine. Mais de son vivant, il était célèbre davantage comme ingénieur que comme artiste…

    léonard de vinci

    Paradoxalement, il considère la peinture comme l’activité la plus intéressante, supérieure aux autres activités humaines, mais il gagne plus sa vie en tant qu’ingénieur militaire que peintre.

    Il se différencie des autres artistes de son temps par une curiosité impressionnante, il s’intéresse à tout. Tout au long de sa vie, il mène des recherches dans des directions qui peuvent paraître contradictoires. Et cela, pour mieux connaître le monde et pouvoir le peindre le plus exactement possible.

     

    Il avait aussi un grand sens de l’observation et accordait énormément de place à l’expérimentation et non aux croyances toutes faites. Par exemple, il va disséquer des animaux, et même des êtres humains pour essayer de comprendre comment le sang circule, comment les tendons sont attachés aux muscles… Il ne veut pas simplement croire ce qu’il lit dans les livres, il veut le voir de ses propres yeux. Cette curiosité et cet intérêt pour l’expérimentation sont assez neufs et modernes et le distinguent d’autres artistes.

     

    léonard de vinci

    Léonard de Vinci a imaginé de nombreuses inventions, à nos yeux très modernes ; des systèmes hydrauliques, des parachutes, des chars d’assaut … Mais il a en fait beaucoup copié d’autres savants…

    Cet aspect est mis en avant par la recherche actuelle. Dans le domaine de l’ingénierie militaire, de Vinci s’inspire de machines de guerre existant dès l’Antiquité, et réutilisées durant le Moyen Age et la Renaissance. Parfois il perfectionne certains éléments mais il utilise en grande partie ce qui a déjà été inventé.

    Il pratiquait l’écriture inversée, il écrivait de droite à gauche. Un miroir est donc nécessaire pour lire ses notes. Pour certains, Léonard était un peu parano et craignait que ses élèves lui volent ses inventions, il aurait donc écrit de cette façon codée. En fait, il était gaucher ; cette écriture était peut-être plus naturelle pour lui et n’a jamais été corrigée.

    léonard de vinci 

    Que sait-on de lui ?

    Il était végétarien, ce qui est inhabituel à son époque. Il n’a eu ni famille, ni femme. Il était sans doute homosexuel, mais cela relevait plutôt de l’apprentissage de la sexualité. Il a eu des aventures avec certains de ses élèves, chose assez courante à cette époque.

     

    Un autre mystère concerne son physique. Sa seule représentation est son autoportrait où il apparaît comme un sage grec …

    Les premières biographies après sa mort, le qualifient de très grand, très fort et beau. Mais ce sont sans doute des topos pour accentuer son génie artistique. Et l’autoportrait n’est pas reconnu comme une œuvre originale par tous les spécialistes, mais plutôt comme un dessin d’élève. Peut être y avait-il une volonté de diffuser cette image d’un homme au savoir universel.

     

    léonard de vinci

     

  • * OU L'ORIENT S'ALLIE A L'OCCIDENT

    Carrefour de l’Histoire où s’entremêlent les noms d’Alexandre le Grand, Gengis Khân, Bajazet la Foudre ; confluent du commerce où se croisaient les routes de la Soie et du Thé, du Levant et du Ponant, de la Chine et des Indes ; rencontre des cultures européennes et islamiques, Samarkand a connu deux « seigneurs de fer », d’abord Tamerlan, puis Staline.

     

    où l'orient s'allie à l'occident

    Des bergers métamorphosés en citadins

    Le pouvoir soviétique a fait passer Samarkand de l’état de cité médiévale à celui de métropole industrielle. Nombre de ses habitants ont toutefois conservé les mœurs et l’apparence traditionnelle.

     

    Une oasis opulente au milieu des steppes

    Depuis la plus haute Antiquité, les habitants de la région ont exploité le moindre suintement des eaux de la montagne. Les pavots abondent dans les riches vergers de la vallée du Zérafchan. Dans ce pays, les femmes s’appellent « Ame en fleur » ou encore « Rose resplendissante ».

     

    où l'orient s'allie à l'occident

    Tamerlan en fit la capitale de l’Empire mongol

    La célèbre place du Réghistan s’enorgueillit des portes et minarets de trois medersas ou écoles coraniques, respectivement édifiées aux XVe, XVIe et XVIIe siècles. La plus ancienne fut élevée par un des petits-fils de Tamerlan, un astronome aussi renommé que le furent Copernic et Galilée.

     

    Une étape sur l’ancienne route du thé

    Les hommes aiment se réunir dans les « tchaïkhana », maisons de thé. L’infusion y est toujours servie dans des coupelles de très faible contenance. Cela permet à l’hôte de faire preuve de la plus exquise politesse en remplissant maintes fois les coupelles de ses invités.

    où l'orient s'allie à l'occident

    Au croisement de l’avenue Dadbitskaïa, qui va vers le nord, et de l’ancienne Route de la soie, un gigantesque édifice, c’est la mosquée que Tamerlan fit ériger de 1399 à 1404. Le sanctuaire, dont le portail d’entrée mesurait 41 m de haut et 46 de large, était la plus imposante mosquée d’Asie centrale.

     

    où l'orient s'allie à l'occident

    35% de la production soviétique d’astrakan

    Des peaux de caracul sont mises à sécher au soleil. Dans les oasis de la vallée du Zérafchan on élève cette race de moutons qui fournit la fourrure d’astrakan.

     

    où l'orient s'allie à l'occident

    Au pays de l’or blanc

    Grâce à de colossaux ouvrages d’irrigation réalisés durant l’ère stalinienne, le coton est devenu la richesse principale de l’Ouzbékistan, qui fournit six millions de tonnes de coton brut par an, soit les deux tiers de la production totale de l’Union soviétique.

     

    où l'orient s'allie à l'occident

    Pendant des siècles, celui qui, venu d’Europe, voulait se rendre en Chine ou en Inde, devait passer par Samarkand où ce qu’on appelait la Route de la soie se scindait en deux voies, l’une à destination de la Chine, l’autre de l’Inde : cette cité marchande fut au XIVe siècle la capitale de l’empire mongol. Elle devint la capitale des sciences et des arts, dont la réputation s’étendit jusqu’en Occident.

    où l'orient s'allie à l'occident

  • * L'ARBRE DE LA VIE (poème de ma composition)

    l'arbre de la vie

    L’enfance

     

    C’est un hymne à la vie et donc notre naissance

    Et puis les tout premiers pas d’un petit enfant

    Ses découvertes, ses jeux, l’amour des parents

    Etre accepté, aussi aimé, c’est une chance !

    Viennent l’école et aussi notre cher village

    Notre éducation, de la vie l’apprentissage

    La propreté et le besoin de s’affirmer

    En lui laissant le bon moyen de s’exprimer

    La protection et l’amour de ce petit être

    Pour qui le monde semble neuf au quotidien

    Lui procureront dans la vie tout le bien-être

    Recevant de ses parents le meilleur soutien.

     

     

    l'arbre de la vie

     

    L’adolescence

     

    L’adolescence, période très perturbante

    Et les hautes écoles sont très contraignantes

    C’est à ce moment que tous les jeunes se cherchent

    Notre corps va se transformer, il se dépêche

    Premier baiser, premier amour, pièges de vie

    Orientation du travail, il faut choisir

    On cherche la tendresse, sensualité

    En réalisant un besoin de liberté

    La mode nous interpelle et on devient « moi »

    On trouve au contact de l’autre premiers émois

    Période entre l’enfant et le monde d’adulte

    Où corps et cœur sont envahis de longs tumultes

     

     

    l'arbre de la vie

     

    L’adulte

     

    L’âge adulte et de ses responsabilités

    Passion d’un amour, désirs brûlants et ardents

    Où corps et cœurs se confondent impatiemment

    Besoin d’un travail pour affronter cette vie

    Jusqu’à être prêt pour fonder une famille

    Et puis à son tour transmettre à ses chers enfants

    L’éducation, bonheur reçu de nos parents.

     

     

    l'arbre de la vie

     

    La vieillesse

     

    Après une longue vie aussi bien remplie

    Formée de joies, de peines et puis de serments

    Il ne restera que les souvenirs brûlants

    Enfouis en nous et en notre mémoire vive.

    Si nous avons maîtrisé toutes ces années

    Nos souhaits, désirs et nos plus folles pensées

    Nous devons être heureux de ces jours accordés.

    Vivre paisiblement et un peu de chance

    Respect des cheveux blancs et riches d’expériences

    Accordons-leur l’écoute et un peu de patience

    Mais jusqu’à ce que le glas un jour nous transporte

    Vers un monde là-bas que l’on ne connaît pas

    Et tandis que déjà notre mort nous escorte

    Nous emmenant main dans la main vers l’au-delà ………….

    l'arbre de la vie